Les nouveaux acteurs de la transaction immobilière

Des agences immobilières dites « Nouvelles générations », «agences phygitales» , «agences hybrides» ou « Agences 2.0 » alliant services traditionnels et outils digitaux ont vu le jour ces dernières années. Ces nouveaux acteurs impactent fortement le marché de l’immobilier. Qui sont-ils? Tour d’horizon de ces nouveaux modèles qui bouleversent les transactions immobilières et les agences traditionnelles”.

Pour vendre ou acheter un bien immobilier il y a quelques années, le particulier vendeur ou acquéreur avait deux options. Soit avec un professionnel immobilier (agent immobilier, mandataire ou indépendant), soit entre particuliers. Il n’y avait pas d’autres alternatives.

L’avantage de la vente entre particuliers est clairement l’économie des honoraires. Sauf qu’il faut savoir que le taux d’échec de vente de particulier à particulier avoisine les 70%. Pour ces cas, les particuliers se trouvent dans une situation délicate en revenant voir les agences immobilières par la suite et les marges de négociations deviennent très faibles

Il est aussi important de noter que les délais de la transaction immobilière sont très longs. Entre la signature de la promesse, du compromis de vente et celle de l’acte authentique de vente devant le notaire, plusieurs mois peuvent s’écouler de 4-6 mois.

Les agences immobilières et la technologie

Depuis 2017, le marché de l’immobilier est témoin de l’arrivée d’un grand nombre de start-up. Ces dernières utilisent le meilleur des dernières technologies pour réinventer les services proposés traditionnellement par les agences immobilières. C’est ce qu’on appelle la « Proptech », néologisme né de la contraction du mot « Property » et « technology » qui désigne la digitalisation des acteurs et du secteur de l’immobilier.

Ces nouveaux acteurs du marché de l’immobilier ont pour ambition de simplifier les méthodes des agences traditionnelles et vous aider dans votre projet immobilier. Ils réduisent les délais et les coûts, en répondant aux attentes des clients : vendre au meilleur prix et dans les plus brefs délais. Ils intègrent l’utilisation des objets connectés, le big data les données digitales et la dématérialisation des dossiers dans leur fonctionnement.

 

 

Les agences immobilières en ligne

A l’instar du mouvement Proptech, certaines agences ont fait le choix de se dématérialiser totalement en proposant leurs services aux acquéreurs et aux propriétaires uniquement en ligne sur Internet. Un choix qui a pour avantage d’économiser et de réduire certains frais et charges fixes, ayant pour conséquence une baisse de leurs honoraires. Ces agences digitales proposent très souvent des services innovants tels que la mise en place de visites virtuelles. En plus, un espace vendeur dédié afin de gérer les démarches administratives en ligne permet plus de transparence au vendeur. Mais encore la possibilité de multidiffuser les annonces sur plusieurs plateformes digitales pour le bonheur des propriétaires vendeurs et agents immobiliers.

Ces agences bénéficient de coûts plus faibles (notamment l’absence de loyers et d’autres frais commerciaux) et peuvent ainsi baisser le montant des commissions.

Les agences immobilières à commission réduite

Face à l’envolée des honoraires d’agence (en moyenne 4,87% de la valeur d’un bien en vente), de nouveaux acteurs immobiliers ont pris le parti de proposer un taux de commission réduit. Selon une étude paru dernièrement OpinionWay 82% des français trouvent les honoraires des agences immobilières chers par rapport au services rendu.

Ces nouvelles agences à taux réduit proposent en échange des services plus ou moins aboutis… Par exemple l’agence de Papa qui propose des tarifs à 2000 € ne gère pas les visites ! donc si vous souhaitez vendre votre bien à plusieurs km de chez vous, il va falloir prévoir nombreux déplacements et le temps passé à faire les visites et convaincre les clients. Et en effet, si vous avez ce temps-là, il faudra se posez d’autres questions à ce moment sur la pertinence de payer.

D’autres agences digitales proposent des services complets avec des forfaits fixes avoisinant les 5000 € ( Liberkeys, Hossman … ) . Cependant c’est l’expérience des consultants de ces start up en immobilier qui est discutable. Les acteurs du secteur immobilier, à juste titre, avancent l’argument que l’expérience des consultants n’est pas équivalente à celle des agents immobiliers expérimentés du secteur géographique que vous cherchez… Est-ce que cela justifie un tel écart dans les honoraires ? certainement pas.

Les « Ibuyers »

D’autres agences ou marchand de biens, voguent sur la simplification de la transaction immobilière en rachetant directement les biens aux vendeurs. Cette méthode est inspirée des « instant buyers » qui sévissent outre Atlantique et qui sont arrivées les dernières années en Europe et en France (vendez votre bien, Homeloop ou Dii). Ces nouvelles agences/marchand de biens proposent un service d’achat instantané aux vendeurs pressés. Ces sociétés se portent acquéreurs du bien avec une offre ferme sans condition suspensive de prêt, elles se chargent ensuite de revendre le bien. Ce service a néanmoins un coût, puisqu’il faudra compter entre 7% – 12% d’honoraires en sus voir 20% pour certains acteurs !

Certes la vente est garantie à un prix validé avec les propriétaires en amont et en dessous du prix du marché immobilier. Il est cependant important de signaler que le propriétaire ne disposera pas du cash le jour de la vente mais il faudra compter 3 mois avant de recevoir le cash.

Si votre logement est bien situé ( transports, écoles et autres services) et qu’il dispose de certains atouts demandés sur le marché de l’immobilier (balcon, jardin ), Il est à notre sens inutile de donner 7% du prix de vente à des i- buyers pour obtenir 3 mois de cash (vente classique entre 3 et 6 mois), sauf bien évidement si vous êtes dans une situation qui vous permettrai d’éviter plus de pénalités, à vous de voir.

Nouveaux Business models

A l’instar de CommFix d’autres nouveaux business modèles ont vu le jour comme Virgil ou les plateformes de chasseurs d’appartements

CommFix reconcilie les propriétaires vendeurs avec les professionnels expérimentés de l’immobiliers et propose sur sa plateforme de mise en relation un ensemble de service premium avec une commission fixe de 7000 € quelle que soit la valeur du bien.

Virgil, une start-up qui vient au secours des primo-accédants pour les aspects liés au financement et permettant à des acheteurs d’acquérir leurs biens immobiliers en investissant avec eux à hauteur de 20% de leur apport sans pour autant dépasser 10% de la valeur du bien et ceci pour 15% de la valeur du bien.

D’autres types d’agences qui proposent de faire payer à l’acheteur le montant de la commission qu’il souhaite avec un minimum bien évidement.

 

 

La digitalisation du secteur immobilier a démarré il y a quelques années et le contexte de confinement n’a fait qu’accélérer la transformation du secteur. Ce changement apporte des solutions techniques innovantes. Nous pouvons citer  la visite virtuelle pour faire un premier tri à distance. En plus des CRM pour les agences immobilières qui permettent d’augmenter la productivité des agents. La possibilité de publier les annonces immobilières sur plusieurs portails d’annonce en un seul click. Nous pouvons mentionner aussi la digitalisation et la dématérialisation de la signature des mandats et des compromis de vente pour réduire les délais ( We-Act et Mynotary). Les diagnostics immobiliers aussi sont passer par cette digitalisation avec des plateformes de mise en relation qui ont vu le jour.

S’adapter ou disparaitre !

L’objectif de ces nouvelles agences traditionnelles est de faciliter la transaction immobilière pour les particuliers mais aussi pour les professionnels immobiliers. Elles permettent d’acheter ou vendre un bien immobilier au juste prix (largement inférieur aux tarifs pratiqués depuis des années …) et dans les meilleurs délais. Bien évidement avec la meilleur expérience client possible.

Dans ce contexte les agences traditionnelles se doivent d’innover et de s’adapter à ces nouvelles tendances au regard de toutes les ruptures technologiques qui ont eu lieu ces dernières années. Elles doivent aussi adapter leur prix et honoraires vers le bas pour les services proposés actuellement. Une autre alternative serait de proposer des services additionnels à forte valeur ajouté qui justifieraient de tripler, quadrupler voir quintupler les honoraires de nouveaux arrivants sur le marché. Et ce au risque de perdre encore plus des parts de marché au profil des nouveaux acteurs !

 

Articles connexes